Deux histoires, deux univers, deux vies complètement différentes. Nana, c’est la confrontation de deux jeunes femmes de 20 ans ayant chacune vécu leur propre parcours dans leur ville natale et qui décident de prendre leur destin en main en partant vivre pour Tokyo.

jaquette

Fiche:

Genre: Shôjo
Style: Romance - Musique
Auteur: Ai Yazawa
Éditeur: Delcourt
Sortie (VO) : 1999 (toujours en cours)
Volumes (VF): 21 (En cours)

 

Un mot sur l'auteur

Ai Yazawa est une mangaka reconnue. Avant de devenir la célèbre Mangaka que l'on connaît, notre artiste tentera de s'orienter vers le stylisme. Elle abandonnera rapidement au profit du Manga.

C'est en 1985 qu'elle débutera dans le milieu professionnel où elle sera rapidement reconnue comme artiste phare du Shôjo. Outre Nana, elle sera également l'auteur de "Je ne suis pas un ange" ou encore "Paradise Kiss", titres très populaires aussi bien chez nous qu'au Japon. C'est en tout, une bonne dizaine de séries qui seront signées de son nom.

Nana sera la série ayant remporté le plus de succès auprès du public. Manga, anime, films, tout y passe ! Ayant reçu le prix du meilleur shôjo en 2002 lors des Shogakukan Manga Awards, la série est devenue une référence incontournable du milieu.

Nana n'est toujours pas terminé à l'heure actuelle.

Synopsis

C’est donc un soir de neige, dans un train bondé que nos deux héroines au même prénom se rencontrent.

L’une Nana Osaki est la chanteuse d’un groupe de punk-rock, les Black Stones. Elle monte à Tokyo dans l’espoir de devenir pro. On découvre vite qu’elle est encore amoureuse de Ren, l’ex-bassiste de son groupe qui est parti pour Tokyo deux ans plus tôt afin de rejoindre le groupe Trapnest.

Touchée dans sa fierté, et pour ne pas être un poids pour lui, Nana décide de quitter Ren en se promettant a elle-même qu’elle le retrouvera quand, à son tour, elle sera devenue chanteuse dans un goupe pro.

Nana Komatsu, surnommée Hachi (qui veut dire « huit » ou « petit chien ») par Nana qui veut dire « sept », est une jeune femme rigolotte et assez immature, qui croit que le mauvais sort, incarné par « le roi des démons » s’acharne toujours contre elle.

Elle ne sait pas choisir ce qui est bon pour elle, et compte sur l’aide de ses amis pour la soutenir et la guider vers une vie d’adulte.

Étudiante en Arts, ayant raté tous les concours d’entrée à l’université de Tokyo, elle voit tous ses amis partir un an plus tôt dont Shôji, son amoureux qu’elle compte vite retrouver pour jouer à la petite épouse parfaite. Elle est fan de Trapnest, le nouveau groupe de Ren, mais préfère de loin le beau Takumi, leader et bassiste du groupe.

Nana Nana

La réalité des émotions

C’est à travers une colocation dans l’appartement tokyoïte n°707 que l’auteur, Ai Yazawa, fait se croiser ces deux destins particuliers.

Si différentes, mais pourtant sujettes aux mêmes peurs, comme celle de ne jamais réussir à garder le bonheur, les deux filles développent rapidement une amitié démesurée.

Hachi devient la mascotte du groupe, et voue une admiration quasi sans limite pour Nana qu’elle trouve belle et mystérieuse. Pour Nana, Hachi est une bouffée d’air frais, mignonne et agréable, elle lui redonne du courage, en la rattachant aux choses simples de la vie.

Ce que j’aime dans cette série, c’est la façon très réaliste et mature qu’a Ai Yazawa de décrire les sentiments enfouis dans le cœur des femmes.

Elle sait exprimer le désarroi face à la vie et au destin. Et comme dans notre vie réelle, ce n’est jamais la décision la plus simple qui est choisie.

L’auteur va chercher la réaction la plus fidèle à la personnalité de ses héroïnes, que cela soit destructeur ou non.

Alors ne vous attendez pas à un happy end à la fin de chaque tome… Ses héroïnes sont torturées par leur conscience et les modèles que la société leur vante.

Elles vont s’imposer des souffrances personnelles en choisissant la bienséance, ou ce qu’elles pensent être le mieux pour ne pas affecter les autres,…

Un scénario à rebondissements avec des personnages, attachants ou détestables, mais tous emprunts de réalisme.

 

Nana

 

En bref

Une histoire bien écrite, drôle, triste, sentimentale et ultra réaliste qui nous transporte,…

Sans trop en raconter, je peux dire que les personnages secondaires sont assez détaillés et peuvent devenir à leur tour très importants. Plein de petites histoires pour nourrir et mieux comprendre la grande.

En clair, un Shôjo adulte, mature et divertissant très bien écrit.

Indéniablement ma série préférée.

Existe en animés (47 épisodes + 3 spéciaux) qui couvrent l’histoire jusqu’au tome 12 environ,… Je conseille aussi car les musiques de Anna Tsuchiya permettent de plonger littéralement dans cet univers punk japonais.

 

Critique faite par Ludivine, propriétaire de l'O-taku Manga Lounge.
Retrouvez cette critique et plein d'autres sur le site de notre partenaire
http://www.plugngeek.net

Critiques Manga

Carte de membre

Carte avantages

-10% sur l'achat de tous vos mangas!
+
1 journée de lecture offerte par mois

Cadeau à faire : visez juste

Certificat cadeau

MONTANT DE VOTRE CHOIX
Valable sur toute la boutique