J’ai presque eu envie de reprendre la même critique que pour Doubt, et de remplacer chaque « Doubt » par « Judge » tellement renouveler ses arguments devient difficile face à une série pareille. M’enfin… essayons toujours !

Fiche:

Genre: Shonen
Style: Suspense - Social
Auteur: Yoshiki Tonogai
Éditeur: Ki-oon
Sortie (VO) : 2010 (En cours)
Volumes (VF): 2 (En cours)

Encore un mot sur l’auteur

Les choses n’ont pas beaucoup évolué depuis la critique de Doubt. Piqûre de rappel : Yoshiki Tonogai est toujours un auteur dessinateur japonais (forcément). Sa carrière a pris un sérieux coup de boost en travaillant comme illustrateur sur Himatsubushi-hen (réalisé en Août 2004), l'adaptation en manga de Higurashi no Naku Koro. On le retrouve en 2007 comme auteur-illustrateur du manga Doubt. Depuis 2010, le manga Judge qui est en cours de publication se montre comme la suite logique de Doubt (3 tomes sortis à ce jour au Japon, 2 en France). Nous nous arrêterons sur cette suite qui s’annonce à priori meilleure que sa grande sœur… ou pas.

 

planche

 

Un Koh-Lanta du crime

En gros on prend les « presque mêmes » et on recommence. Neuf adolescents se retrouvent confinés dans ce qui semble être un tribunal abandonné. Parmi eux le jeune Hiro, un sympathique jeune homme qui n’a sur la conscience que la mort de son frère (totalement involontaire bien entendu), et qui se réveille donc deux ans après ce terrible accident, dans le noir, menottes aux poignets et affublé d’un masque de… lapin.

Hiro n’est pas le seul dans cette situation, les huit autres membres de ce groupe sont également responsables d’actes peu louables, comparables à un des sept péchés capitaux. Côté bestiaire, on ne se contentera pas d’une vulgaire colonie de lapins, Tonogai nous offre sur un plateau cheval, cochon, chien ou autre lion.

Tour à tour, chaque membre de cette joyeuse animalerie sera sacrifié au « Juge », à la suite d’un vote fatal où celui qui récolte le plus de voix, y laisse la vie. Le tout entrecoupé de psychodrames aussi puérils qu’inutiles au niveau de l’histoire. Bon, après il est peut-être un peu tôt pour « juger » cette œuvre avec seulement deux tomes de parus, cela dit, on sent une certaine différence avec Doubt. Le cadre en soi, démontre une volonté de punir les pécheurs, tel l’intraitable système judiciaire existant dans nos propres sociétés, cela révèle d’avantage du réalisme que d’une pseudo course à la mort dans un hôpital en ruine.

 

 

Une évolution ?

Pas de gros changements en perspective donc, on passe plus notre temps à supporter les jérémiades d’un gamin qui pense que tout le monde peut s’en sortir vivant, alors que c’est manifestement le contraire... On en revient au shonen de base moralisateur où un héros super renfermé offre à ses bourreaux de nettoyer leur âme souillée à coup de sermons et de larmes, ce qui a le don d’agacer passablement aussi bien le lecteur que les personnages !

En deux tomes, les questions s’accumulent et les réponses n’arrivent pas, ce qui ringardise immanquablement l’intrigue en la reléguant instantanément à la série précédente.

Encore que, dans Doubt, les persos certes sans profondeur, s’engueulaient, se barraient et mourraient. Le suspens, donnée tout bonnement inexistante, tente une brève incursion dans une ambiance où la moindre embrouille entre deux protagonistes condamne irrémédiablement l’un deux à l’issue du vote fatidique. C'est la Star ac', mais sans chanson (Dieu merci!).

 

planche

 

Côté graphique

Un léger mieux est tout de même à noter. Les plans choisis, la mise en scène globale et la position des bulles de texte qui faisaient fondre les yeux dans la première série ont été clairement corrigés. Tonogai a tenu compte des feedbacks et ça se sent (j’imagine que les commentaires de sa maison d’édition n’y sont pas étrangers non plus). Les dégradés, les textures (qui étaient déjà pas mal dans Doubt) sont plus épurés, le trait est précis et le choix des angles de vue donne, dans le peu de moment de tension existants, un effet plus dramatique à la situation. Donc de ce point de vue là, c’est plutôt cool. En plus, les persos sont plus faciles à distinguer/différencier.

Conclusion

Les fans de la première œuvre de Yoshiki Tonogai, « Doubt », aimeront incontestablement Judge et, je pense, joueront au fléchettes sur ma photo. Ceux qui comme moi, apprécient dans l’ensemble le choix des éditions Ki-oon resteront peut-être pantois quant aux raisons qui les poussent à miser un max sur cette série. Le format dense et chargé des livres laisse penser qu’il y a pas mal à se mettre sous la dent. Mais après avoir parcouru chacun des deux tomes, on s’aperçoit vite qu’il n’en est rien, et que l’intrigue n’avance pas d’un iota (à part les phases où les filles vont allumer les mecs pour s'assurer leur soutien).

On reprend donc les ingrédients qui ont fait le succès de la première série (n’en déplaise à mon égo surdimensionné), et on ajoute un pseudo suspense à deux balles saupoudré d’un peu de fan service dans les sombres couloirs d’un tribunal. Rien de bien palpitant. A lire donc, uniquement pour pouvoir argumenter concrètement sur la faiblesse de l’œuvre… en attendant les prochains volumes, dont le tome 3 est prévu pour le 8 Décembre aux éditions Ki-oon.

 

Critique faite par Alex, propriétaire de l'O-taku Manga Lounge.
Retrouvez cette critique et plein d'autres sur le site de notre partenaire http://www.plugngeek.net

Critiques Manga

Carte de membre

Carte avantages

-10% sur l'achat de tous vos mangas!
+
1 journée de lecture offerte par mois

Cadeau à faire : visez juste

Certificat cadeau

MONTANT DE VOTRE CHOIX
Valable sur toute la boutique